Je suis blessée...je me mets au vélo?

Que faire quand on est blessé et privé de course ? Du vélo !⠀

En fait, on ne devrait pas attendre d'être blessé pour se mettre au vélo.⠀

On ne répètera jamais assez les vertus de l'entraînement croisé dans la préparation pour la course à pied. Et dans la vie du sportif en général.⠀

Le vélo, la natation, le ski de fond, la peau de phoque, la grimpe (liste non exhaustive) sont autant de sports qui vont développer votre endurance de base, votre explosivité, votre coordination, votre endurance musculaire.⠀

Et surtout...le plus important, la variété est un élément essentiel dans la prévention des blessures dans le sport, dans la course à pied comme dans les autres sports pratiqués à un niveau de compétition même amateur.⠀

Imaginez un peu, les mêmes contraintes mécaniques répétées à longueur d'année (parce qu'on a beau le répéter, mais malheureusement la plupart des sportifs amateurs ignore les périodes de récupération) sur les mêmes articulations, les mêmes muscles, le même cerveau. Seules les machines sont conçues pour résister à ce genre de traitement. Le corps humain est certes une belle mécanique, mais en rien une machine.⠀

Sur le plan mental, la variété joue également un rôle majeur. On parle parfois d'addiction au sujet des sportifs qui s'adonnent à leur discipline dans des proportions qui semblent démesurées. Lorsque les proches souffrent de l'absence de leur sportif toujours à l'entraînement, ou que la vie sociale de celui-ci se résume à discuter amorti avec leur vendeur de chaussures préféré, on en parle comme d'un problème, voire d'une pathologie. ⠀

Le rapport avec la variété dans les entraînements ? Le phénomène d'addiction est en grande partie lié à la répétition des mêmes mouvements dans un sport. A la focalisation sur la perfection d'un geste ou d'un temps, aussi. Le meilleur moyen de continuer à se perfectionner sans en subir les conséquences négatives est alors de varier. Varier les mouvements, les attentes, les contextes, et donc les disciplines. ⠀

Certains sportifs déduisent de la variété un affaiblissement des performances dans leur discipline de prédilection. Difficile parfois pour le coach ou le thérapeute de les convaincre du bien fondé de la méthode. C'est trop souvent la blessure ou la redondance des blessures qui les convainc de changer d'optique. Constat négatif qui appelle son pendant positif: lorsque l'on introduit de la variété dans un programme d'entraînement, on constate le plus souvent, à court et moyen termes, une diminution des inflammations chroniques et des lésions dues à la répétition du mouvement.


Une démarche à suivre? Partagez avec nous votre expérience en termes de variété d'entraînement et de blessures liées à votre pratique sportive.


0 vue

© 2020 Easy Computing
 

Follow us on                  Facebook                Instagram            Twitter                

  • Facebook
  • Instagram
  • Twitter